Musée de la Chalosse / Collections / Jardin et maison du métayer

jeu 19 octobre 2017
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles
Favoris et partage

Jardin et maison du métayer

Le jardin et la maison du métayer

La maison de Capmas, ancienne maison de métayer, a été habitée jusque dans les années 1960. Ouverte au public en 2005, elle évoque la mémoire du métayage.

jardin métayer

Autre aspect de la vie en Chalosse, la maison et le jardin du métayer rappellent la situation sociale des paysans chalossais soumis durablement au système du métayage.

Le métayer exploite la terre d'un propriétaire avec qui il passe un contrat, oral ou écrit, basé sur trois éléments :

  •  le partage des récoltes,
  •  les redevances,
  •  les corvées

Sauf exception, le propriétaire s'oblige à fournir les animaux, les engrais, mais conserve la direction générale de l'exploitation et la surveillance des travaux.

Les Landes représentent, au même titre que l’Allier, un cas à part dans le paysage agricole français. Car, si le métayage est partout en voie de disparition, dans les Landes et en Chalosse, il se cristallise dans le courant du 19ème siècle et se maintient jusque dans les années 1950.

En Chalosse, le métayage portait essentiellement sur le vin, le maïs, le blé, le bétail et les pommes de terre, que le métayer devait partager avec le propriétaire.

Il faudra attendre la loi du 13 avril 1946 pour que le statut du métayage soit réglé. Cette loi, votée à l’unanimité par l’Assemblée constituante (le député landais LAMARQUE-CANDO en est le rapporteur) donne la possibilité au propriétaire ou au colon qui en fait la demande de convertir le contrat en fermage. Les ¾ des métayers demanderont ce changement, parfois contre le désir des propriétaires qui n’hésiteront pas pour certains à les congédier.

En 1970, le métayage en Chalosse et Armagnac représente encore 13% de la surface cultivée contre 31% pour le fermage.

La loi qui supprime le métayage en France n’est votée qu’en … 1982 !

Le métayage est un engagement contractuel plus dur que le fermage par lequel un exploitant (le colon ou le métayer) cultive un domaine appartenant à un propriétaire : lo mèste (le maître), auquel il doit donner une partie de ses récoltes, la plupart du temps la moitié. A cela s’ajoutent les redevances (charges en nature) et les « corvées » (journées gratuites) que le métayer doit au propriétaire.

Ce statut maintenait les métayers dans une situation précaire, qui se traduisait bien souvent par des conditions de vie difficiles, une mise en valeur des terres archaïque et non mécanisée.

Seul le jardin potager et les arbres fruitiers échappaient au partage. Le métayer profitait de cet espace franc pour y cultiver les légumes dont il se nourissait.

Le jardin potager du Domaine de Carcher est divisé en 4 carreaux.

Cette maison, à la différence de la maison du maître, regroupait les pièces d’habitation et les locaux d’exploitation. Bien souvent, le sol était en terre battue, sauf dans la cuisine où il était recouvert de carreaux de terre cuite rouge. Les murs étaient construits en torchis ou en adobes, briques de terre crue séchées au soleil. La pièce centrale donnait directement sur l’étable : une ouverture dans le mur permettait de nourrir les bœufs et de réchauffer la pièce. Le rez-de-chaussée était surmonté d’un grenier où était stocké le foin.

Site de l'Histoire sociale des Landes

CONSERVATION

CONSERVATION
Marie Dourthe

Directrice du musée

Assistante de conservation principale
Tél. : 05 58 98 69 27
direction@museedelachalosse.fr

Le Musée de la Chalosse est un "Musée de France" labellisé par le Ministère de la Culture.

Pour proposer une acquisition au Musée de la Chalosse, merci de nous adresser une photographie de l'objet ainsi que toutes les informations relatives à son histoire et à sa fonction.